> Notre Cause

La situation : une réalité indigeste

Loin de l’image de rêve véhiculée par les destinations touristiques de l’archipel des Philippines, ils sont 1,5 million d’enfants à travailler et vivre dans la rue.

Victimes de l’extrême pauvreté dans laquelle est plongé leur pays, ils sont maigres et sous-alimentés, mal préparés à survivre aux dangers de la vie quotidienne et du travail dans les rues.

Livrés à eux-mêmes, ils sont exposés à de multiples dangers : maladies, accidents de voiture, bagarres, harcèlement des extorqueurs et de la police corrompue, exploitation sexuelle, consommation de drogues et autres substances psychoactives,…

Contraints de mendier pour pouvoir manger, aller à l’école n’est pas leur priorité ni celle de leur famille. Ceux qui parviennent à suivre une scolarité n’en tirent pas tous les bénéfices car, bien souvent affamés, ils rencontrent de fortes difficultés à étudier.

La mission de notre fondation : nourrir les enfants, alimenter leur avenir

Le 15 janvier 2011, avec la coopération du Maire philippin Jenny Barzaga et de l’administrateur de l’Organisation d’Aide Sociale de Dasmarinas, Cavite, Gabriel Mangubat et le Chef Jacky Robert – mondialement connu et propriétaire du Petit Robert Bistro à Boston, dans le Massachussets – ont fondé « Chefs Feed Kids » (les Chefs nourrissent les enfants), une association à but non lucratif.

La fondation cuisine quotidiennement pour 40 enfants âgés de 7 à 12 ans dont c’est la première scolarisation dans l’école Vel Maris à Dasmarines aux Philippines.

« Si j’avais été médecin, je prendrais soin de la santé des enfants. Je suis Chef Cuisinier, par conséquent, je les nourris ! », témoigne le Chef Jacky Robert.

La tâche est colossale et les moyens sont faibles. Mais l’enjeu est de taille. En effet, au-delà de sa fonction nutritive, primordiale en matière de santé publique, cette action alimentaire a une répercussion directe sur les consignes des parents ou des responsables auprès des enfants. La garantie qu’ils soient nourris incite à les envoyer à l’école plutôt que de les laisser mendier dans la rue. Les enfants sont ainsi rendus disponibles pour aller s’instruire, leur laissant la possibilité de se construire un avenir.